Paris mon Amour je te hais

12.10.2014
|

Comment habiter à Paris quand on veut vivre dans la simplicité et la slow-life ? 

Pour moi, Paris est une ville violente, agressive et sale. Mais Paris peut aussi brille de mille feux.

Paris est une ville extrême qui n'attire que des avis extrêmes. On adore ou on déteste la capitale de lumières. Personnellement, je me situe dans un entre-deux ; je l'admire certains jours, je la déteste rageusement le lendemain. 

Paris est pour moi la ville reine de l'apologie du "busy" où le temps file à toute vitesse, où l'emploi du temps surchargé est de rigueur. Les touristes flânent à Paris alors que les Parisiens courent.

Ce qui m'attriste, c'est la beauté artificielle de la ville. Oui, on peut trouver des coins de nature charmants. Mais comment jouir d'un mètre carré de pelouse artificielle quand on sait que dans des coins de campagne, on peut posséder le temps d'un instant les herbes folles d'une prairie pour soi tout seul ?

La foule, cette entité anonyme, est partout. Sur les trottoirs, on se bouscule. Au musée, on se hisse sur la pointe des pieds pour apercevoir un tableau ou une sculpture. Dans les parcs, on peine à trouver un petit carré de verdure pendant les beaux jours.

Par ailleurs, Paris reste pour moi une métropole : défigurée par les publicités, par les panneaux de signalisation et par le béton. 

Quand je reviens dans la grisaille parisienne, je ne rêve que d'une petite maison au bord de la mer, entourée par les tournesols et les fleurs des champs.

Mais le temps n'est pas encore venu de quitter la capitale. Alors je prends mon mal en patience et je cherche partout la beauté de la ville.

Aller faire de la barque au lac Daumesnil, s'émerveiller au Musée d'Histoire naturelle, explorer les beaux jardins cachés.

Paris, un jour je te quitterai. Mais pour l'instant, je pars à la découverte de tes secrets, coins de beauté perdus dans ta jungle haussmanienne. Que la chasse aux trésors commence. 

Source Photo(s) : Photo Lemon Coco

2 Commentaires:

  1. Je partage tout à fait cette analyse, j'ai d'ailleurs quitté Paris après 10 ans tellement je n'en pouvais plus de la qualité de vie médiocre qu'elle offre. Installée depuis quelques mois à Bordeaux, je n'ai aucun regret d'être partie, je respire, les berges de Garonne sont tellement agréables, l'océan est à 50 minutes de train, les pistes cyclables permettent d'aller partout dans le centre ou la périphérie, le climat est doux, les gens sont souriants, personne ne me bouscule et je ne ressens plus aucune agressivité quand je me balade en ville. A la fin à Paris, je restais dans mon arrondissement (le 9ème), ne voulais plus prendre le métro et devenais moi aussi désagréable avec le monde entier. Voilà 2 billets où j'expliquais mon ressenti, si cela t'intéresse : http://simplicityisnotsoeasy.blogspot.fr/2013/09/my-opinion-about-paris.html   http://simplicityisnotsoeasy.blogspot.fr/2014/02/leaving-paris-definitely.html

     

  2. Tout pareil. Ton blog est une pépite, et je vais le suivre avec beaucoup d'intérêt. Lien trouvé sur la blogroll de "Le plus bel âge" …

Laisser un commentaire: