Inspiration – L’Amant

23.09.2013
|

"L'Amant" de Marguerite Duras.

"The Lover", le film de Jean-Jacques Annaud.

L'inspiration : le rouge-à-lèvres rouge sombre lie-de-vin, le feutre d'homme, bois de rose au ruban de feutrine noir, la robe légère, claire et flottante, les tresses. Coiffure enfantine, maquillage prononcé, chapeau masculin, robe sans forme. Mélange des genres.

Le décor : Saïgon au temps colonial. L'atmosphère, moite, chargée d'érotisme. L'air si chaud, presque étouffant. Le film d'Annaud, langueur et lenteur. La beauté de Saïgon. 

L'interdit, la transgression. L'écart l'âge, la différence de couleur de peau, le tabou colonial.

L'indifférence légère, la cruauté insouciante de l'héroïne, le terrible " I have no love for you " dans le film d'Annaud. La passion sans amour dans l'Amant. L'amour passionnel dans l'Amant de la Chine du Nord. 

L'adieu sans larme de l'Amant. La fin, déchirante et claire ; comme la mélodie de Chopin qui résonne dans le paquebot qui l'emmène vers la France.

" J'ai écrit l'histoire de l'amant de la Chine du Nord et de l'enfant : elle n'était pas encore là dans l'Amant, le temps manquait autour d'eux. J'ai écrit ce livre dans le bonheur fou de l'écrire. Je suis restée un an dans ce roman, enfermée dans cette année-là de l'amour entre le Chinois et l'enfant "

Marguerite Duras

Tags: ,

Un commentaire:

  1. C'est vraiment un film à part et d'un grand esthétisme !

Laisser un commentaire: