Garde-robe minimale : mes 40 pièces

30.01.2015
|

Le week-end dernier, je me suis lancée le défi de lister toutes les choses que je possède. S'il y a encore du travail pour le reste de mes possessions, j'ai été plutôt surprise de ce que j'ai trouvé du côté de mon placard. Il se trouve qu'après un décompte minutieux, je possède moins de vêtements, de chaussures et d'accessoires que mon amoureux au style pourtant minimal ! En tout, 40 pièces, toutes saisons confondues.

Deux ans après avoir commencé à réfléchir au sujet de l'épuration de mes vêtements (et même s'il me manque encore certaines pièces, surtout du côté des vêtements d'été), je pense avoir trouvé un certain équilibre au niveau de la base de ma garde-robe. L'article que Balibulle a écrit hier m'a donné envie de partager mon expérience là-dessus et les quelques astuces que j'ai pu appliquer pour optimiser mon dressing ces deux dernières années.

Ce qui compose ma garde-robe aujourd'hui :

Manteaux

Manteau gris clair en laine, capuche fourrée Kookaï / Manteau demi saison gris foncé coupe boyfriend Mango

Bas

Pantalon noir à pinces Claudie Pierlot / Short simili cuir Zara / Short jeans bleu H&M / Short jean gris foncé Levis (vintage)

Robes

Robe noire cintrée Héroïnes / Robe grise tissu néoprène Naf-Naf  

Robe noire cintrée nœud à la taille Zara / Robe en dentelle blanche Zara

Pulls

Pull fin gris clair en laine Monoprix / Pull gris en cashmere Cos 

Pull marin en laine blanc rayé noir Brise Lames / Pull gris foncé en cashmere Cos homme

T-shirts

T-shirt noir col rond Cos / T-shirt gris clair col rond Cos / T-shirt gris brun col rond Cos / T-shirt gris foncé col rond Cos

Hauts

Marinière crème rayée bleue en coton St James / Marinière crème rayée rouge en coton St James

Marinière bleue rayée crème en coton St James / Blouse bleu marine et noire Kookaï

Vestes et gilets

Gilet gris clair en cashmere Cyrillus / Veste matelassée en coton crème Petit Bateau

Hoodie gris Muji / Veste imperméable couleur mint Petit Bateau (demi-saison)

Accessoires

Echarpe fine crème en coton / Echarpe en laine grise / Echarpe moutarde

Chapeau de paille avec ruban noir acheté dans un petit magasin à Giverny / Lunettes noires Wayfarer petit modèle Ray Ban

Sacs

Sac pliage noir Longchamp / Sac pochette daim noir chaîne métal Zara

Chaussures

Baskets blanches en cuir Veja / Basket de sport grises et fuchsia Adidas / Bottines noires cut en cuir Minelli

Bottines noires en cuir boucle métal Minelli / Bottines lacées noires en daim Minelli / Sandales en cuir camel K-Jacques

Escarpins compensés noirs en daim Minelli

Quarante pièces tout pile. Il y a du Zara et du H&M (des vêtements que j'ai depuis des années et qui sont toujours impeccables) et à côté des pièces plus qualitatives comme les K-Jacques et la robe Héroïnes. Quarante, ça peut paraître peu. C'est vrai, je porte tout le temps les mêmes pièces, pourtant je ne ressens aucun ennui.

Ce qu'il me manque dans l'idéal :

Shorts : un short en cuir, un short noir dans un tissu lourd, un short fluide bleu marine, un short fluide d'une autre couleur

Des pantalons fluides pour l'été : un bleu marine et un d'une autre couleur

Une robe blanche pour l'été

Un perfecto en cuir noir

Un pull en cashmere (Maison Standards)

Un gilet en cashmere (Maison Standards)

Un gilet gris fluide pour la demi-saison

Des mocassins noirs vernis

Ce qui devrait porter le nombre total de vêtements, chaussures et accessoires à un peu moins de cinquante. 

Pour faire évoluer ma garde-robe vers ce qu'elle est aujourd'hui, voilà les quelques astuces que j'ai pu appliquer.

Un tri sans demi-mesure

La leçon que j'ai retenue de ces deux années d'optimisation, c'est que quand on n'est pas à l'aise à 100% dans un vêtement, ça ne s'améliore pas avec le temps. Du coup, maintenant, je suis radicale. Si j'ai une pièce dont j'adore la coupe mais qu'il y a un je-ne-sais-quoi qui cloche avec la couleur, les finitions ou autre, je la mets de côté. La quasi-totalité du temps, je l’oublie et je ne la reprends pas.

Bien se connaître

Il y a des couleurs de vêtements que j'adore : le vert émeraude, le rouge ou encore le bleu Klein. Par contre, je me suis rendue compte que j'avais beaucoup de mal à les porter et à les accorder au reste de ma garde-robe. J'ai donc dû apprendre à faire le "deuil" de ces vêtements, si beaux sur cintres mais non conciliables avec mes autres pièces.

De la même façon, j'aurais aimé être cette fille trop cool en jeans brut et dégaine désinvolte. Mais il faut être honnête et ne pas s'enfermer dans un fantasme de soi. Les jeans, ça ne me va tout simplement pas. J'ai aussi accepté le fait d'avoir des goûts plutôt classiques et disons-le, un peu "boring" : j'aime le blanc, le bleu marine, le gris et le noir. Et les imprimés, ça n'est pas pour moi. 

Après, ça ne veut pas dire qu'on ne peut pas parfaitement optimiser sa garde-robe avec du fluo et des motifs. La vie n'est pas un immense board Pinterest ; la réalité de nos dressings n'a pas à l'être non plus. Il faut juste faire avec ce qu'on aime et avec ce qui nous va.

Savoir et surtout accepter ce qui ne nous sied pas (pour moi, les jeans, les cols V, les couleurs fortes entre autres) et ce qui avantage notre silhouette (pour ma part, les robes cintrées, les shorts, les hauts à cols ronds et les couleurs neutres), c'est faire un pas considérable vers l'apaisement et la liberté dans son rapport aux vêtements.

Se fixer un budget et un rythme d'achat

Mon budget, c'est celui d'une étudiante. Il est donc forcément limité ! Du coup, c'est automatique, je suis obligée de bien réfléchir avant d'acheter. Et je me restreins à un certain nombre d'achats par saison.

Cet hiver par exemple, je me suis offerte quatre pièces : un gilet en cashmere Cyrillus, un T-shirt noir Cos, une veste crème en coton matelassé chez Petit Bateau et des boots noires Minelli. La moitié de ces pièces a été achetée en soldes.

Aujourd'hui, je peux mettre 120 euros pour acheter un pull en cashmere. Pour certains, ça paraîtra une somme énorme, pour d'autres assez peu. Il y a quelques années, je n'aurais jamais pu mettre une somme pareille dans un vêtement.

Aujourd'hui, pour moi, un pull acheté 120 euros que je vais garder longtemps, c'est un achat plus intéressant que quatre pulls en acrylique trouvés à 30 euros chez H&M.

Privilégier la qualité et la facilité d'entretien

Pour le choix des nouveaux vêtements, je suis intransigeante sur plusieurs choses.

D'abord, la matière : j'achète en priorité de la laine et du cashmere en hiver. Du coton, des matières fines en été. Je ne m'oppose pas aux matières synthétiques mais pour mes nouveaux achats, j'exige qu'une pièce soit fabriquée avec une matière de qualité à hauteur d'au moins 60% de l'étiquette. C'est tout simplement une question de confort et de bon sens : un pull en acrylique, ça ne tient pas chaud comme le fait un pull en cashmere même jeté sur une robe d'été.

Deuxième chose, et je trouve qu'on en parle pas assez : l'entretien !

Pour moi, il est hors de question d'investir dans des vêtements qui ne vont qu'au pressing (sauf pour les manteaux). En termes de perte de temps, d'énergie  et de budget, ce n'est pas tout simplement pas possible.

Tous les vêtements que j'achète doivent passer à la machine à laver, en température basse si possible. Et troisième chose, fondamentale pour moi : je ne veux plus perdre de temps à repasser. Automatiquement, j'ai dit adieu aux "vêtements chiffons" d'H&M and co (ma spécialité d’avant) !

Et pourtant, je suis un peu vieux jeu et je ne supporte pas les plis et les vêtements froissés. Simplement, aucun de mes vêtements n'a besoin d'un coup de fer. Résultat, je n'ai pas approché une table à repasser depuis deux ans. Et croyez-moi, en terme de gain de temps et de liberté, ça change la vie ! 

Connaître les bonnes marques

Au fil du temps, je me suis constitué un petit panel de marques dont les coupes et les matières me conviennent parfaitement.

Cos pour les T-shirts et le cashmere, St James pour les marinières (pour les petits gabarits comme le mien, la taille douze ans des enfants est parfaite en terme de coupe), Petit Bateau pour les vestes, Cyrillus pour le cashmere, Brise Lames pour les pulls marins en laine, Levis pour les shorts en jeans, K-Jacques pour les sandales d'été. Je n'ai testé Maison Standards que pour offrir, la qualité était au rendez-vous.

Aucune marque de luxe, car je n'ai tout simplement pas les moyens de m'offrir des pièces griffées. Ce sont des enseignes classiques qui offrent un très bon rapport qualité prix. Même si certaines pièces peuvent paraître chères, leur longévité et leur qualité amortissent très rapidement l'investissement.

Se donner du temps

Il faut du temps pour trouver les pièces qui s'intégreront parfaitement à notre dressing. Et même avec le temps, on n'est jamais sûr de trouver LA pièce qui répondra à toutes nos exigences.

Mon conseil, c'est de faire une liste des pièces voulues. En faire une description précise en termes de couleurs, de coupe et de matière. Le principe, c'est que toute chose qui arrive dans le dressing doit venir en remplacer une autre ou alors combler un besoin.

Si on n'a qu'une vague idée, on peut en faire une description plus générale : par exemple, "une paire de bottines fermées pour l'hiver". Puis, le plus difficile : il faut essayer de s'y tenir. Sans être trop rigoriste non plus : on peut avoir un coup de cœur pour une pièce qui vient pallier un besoin auquel on n'avait pas pensé.

Parce que le problème quand on entre dans une boutique ou qu'on fouille sur le web, si on n'a pas d'idée précise de ce que l'on cherche, on a peu de chance d'acheter quelque chose qui va nous convenir sur le long terme. Ecrire noir sur blanc ce qu'on a réellement besoin, cela fixe des lignes directrices. Et personnellement, je trouve cette méthode très apaisante. Ça me permet de savoir ce dont j'ai réellement besoin et envie et du coup, je me détache beaucoup plus facilement des coups de cœur momentanés et un peu farfelus.

Egalement, il vaut mieux ne pas se jetter sur la première pièce venue qui ne rencontre que partiellement nos exigences. Même si ça n'est pas un achat qui relève de l'envie passagère, il faut se dire qu'on survivra à l'hiver sans ce gilet en cashmere qui ne remplit qu'à peu près nos critères de sélection.

Ne pas se focaliser sur la recherche d'une garde-robe parfaite

À mon avis, c'est un des points les plus importants. Se mettre en quête d'une garde-robe rationnalisée, ça peut facilement virer à l'obsession.

Le but final, il ne faut pas le perdre de vue : c'est de se composer une garde-robe qui permette 1) de ne plus avoir de maux de tête pour choisir ses tenues 2) d'être toujours bien habillée quoi que l'on prenne dans son dressing 3) de porter de belles choses, confortables et agréables à voir, et surtout, 4) de ne plus se préoccuper de ses vêtements !

Je citerai là le presque guru de la simplicité, Dominique Loreau : "Une fois que vous aurez acquis une telle garde-robe (cela peut prendre des années, car la dépense n'est pas légère), oubliez la mode et passez à autre chose".

Sans allez dans cet extrême (on peut aimer la mode pour le plaisir des belles choses), il ne faut pas oublier que l'objectif principal de l'optimisation d'une garde-robe, c'est d'arrêter de perdre du temps, de l'argent et de l'énergie. Quand la recherche de pièces parfaites devient obsessionnelle, on tombe dans les mêmes dérives qu’avec le trop plein de vêtements.

Je pense aussi qu'il faut relativiser par rapport à cette quête. La garde-robe parfaite n'existe pas. On aura, je pense, toujours un vêtement à remplacer ou un autre à trouver.

Le plus difficile, c'est d'essayer de se détacher d'une certaine image qu'on peut se faire de notre "moi idéalisé". Le fameux "Si j'achetais ce manteau/cette robe/ce sac, j'aurais une aura digne d'Audrey Hepburn/Marylin Monroe/Jane Birkin. Je serais élégante, stylée, sûre de moi et le monde m'appartiendrait". C'est peut-être simplet et un peu naïf à dire, mais un vêtement ou un sac n'achète pas un style ou une vie.

Sans idéaliser ce processus de rationnalisation, je trouve qu'il apporte une vraie sérénité dans le rapport qu'on a à son image. Et une véritable liberté aussi, ne serait-ce que on part en voyage ; personnellement, j'emporte quatre fois moins de vêtements qu'avant. Apaisement et liberté donc, qu'il serait dommage de perdre en chemin en essayant d'atteindre un idéal hors de portée.

Et vous, vous avez envie de vous lancer dans l'optimisation de votre garde-robe ? Des conseils à partager ?

28 Commentaires:

  1. Je viens te voir suite à la lecture chez Bali de son dernier article…

    Je ne suis pas encore arrivée à ce stade de garde robe minimale mais je réfléchis beaucoup plus avant un achat.

    Comment peux tu savoir à l'avance qu'un vêtement n'aura pas besoin de repassage car voilà bien un domaine où je veux alléger aussi lol. J'ai déjà arrêté de repasser jeans, mouchoir, mais pour les tee-shirt c'est pas toujours très net sans repassage même en essorant à 600 et mis sécher sur cintre…

    Petit à petit j'irai à la découverte de tes anciens articles.

    • Bonjour Murielle, 

      Mes T-shirt viennent de chez Cos, je les lave à 30° et je ne les mets jamais au sèche-linge. Même sans les mettre sur cintre, il sèchent sans faire de plis. Pour acheter, c’est vrai qu’on peut avoir parfois du mal à savoir la réaction du tissu au lavage. Ce que je fais, c’est que je prends une partie du vêtement sur une certaine longeur, tout le bas de la manche par exemple, je le roule dans mon poing et je le serre fort pendant quelques secondes. Si les plis formés s’en vont très rapidement, c’est que certainement le vêtement ne marquera pas trop après lavage. En espérant t’avoir été utile :)

      • oui merci.

        Je retiens les tee-shirt Cos.

        J'aime beaucoup le cashmere, pour l'instant je les achetés chez La redoute, Galerie lafayette, mais je retiens tes deux marques, Cyrillus et Maison Standards. Tu sais comment ils taillent ? J'aime qu'ils soient un peu larges mais pas trop non plus car je suis un petit gabarit, mais je n'aime pas non plus quand ils sont trop serrants.

        • Je suis un petit gabarit également, je prends habituellement du xs en haut et c'est ce que j'ai fait pour Cyrillus ; j'ai préféré prendre une taille ajustée parce que le cashmere a tendance à se détendre sur les manches quand on le porte. 

  2. une démarche à la Sol Hewitt! 😉

    • Ahah oui on peut dire ça, merci Yosha pour la découverte, je ne connaissais pas cet artiste 😉

  3. Merci pour cet article très inspirant ! Il me donne envie de m'y mettre aussi ! Comment se sont déroulées ces 2 années de tri petit à petit ? Tu triais à chaque changement de saison, tu renouvelais qu'une partie des affaires,… ? Vivre avec deux sacs ? Tu es mon idole… hihi.

    Au plaisir de te lire,
    Amalia_Okia
    http://conseil-dabeille.blogspot.fr/

    • Merci beaucoup ! Pour te répondre, je trie régulièrement et ça revient naturellement à chaque début de saison ; c’est quand le temps change qu’on voit véritablement ce qui peut manquer. Au début, j’ai beaucoup trié. J’ai également continué à acheter un peu n’importe comment. C’est en continuant à faire un tri régulier que je me suis rendue compte de mes erreurs d’achats. A partir de là, j’ai commencé à faire une liste pour mes futures acquisitions. Ensuite, le renouvellement se fait assez naturellement : à chaque période de l’année, je priorise ce dont j’ai vraiment besoin (ex ; un pull chaud pour l’hiver) et le fait de ne pas trouver exactement ce que je veux priorise le reste de ma liste. En espérant avoir répondu à tes interrogations :)

  4. Je ne rêve pas spécialement  d'une optimisation de dressing car j'aime les vêtements, j'aime m'habiller, j'aime varier les tenues et les styles. Je ne sais pas du tout combien j'ai de vêtements (beaucoup plus que toi, c'est certain). Mais j'ai une règle pour éviter trop d'accumulation : c'est "une pièce achetée, une pièce qui sort". Il y a une chose qui me sidère : comment fais-tu avec 1 seul pantalon (et zéro jupes) ?

    • Hello Benedicte, 

      C’est vrai que ce principe est assez radical pour éviter l’extension sans fin du dressing. Pour te répondre, oui, je n’ai qu’un pantalon mais j’ai trois shorts et quatre robes (qui font également office de jupes lorsque je superpose un pull ou une blouse par dessus). Par goût, je préfère tout simplement ces derniers et je trouve qu’ils me vont mieux. Avec de bons collants en laine en hiver pour les accompagner, je n’ai aucun problème pour varier les silhouettes :)

  5. Je suis très admirative et un peu envieuse aussi de cette belle capsule! Rien qu avec cet aperçu en photo on se dit qu effectivement, tout fonctionne ensemble et c est génial. 

    Plus encore que ta garde rone parfaite, j aime beaucoup ta réflexion autour du vêtement, que l on rêve souvent révélateur / transformateur en pensant qu il va nous transcender et nous changer en quelqu un que l on n'est pas et qu on ne sera jamais. Je crois également que cet aspect presque naïf et enfantin qui est le plus difficile à accepter et qu’une fois qu on a compris et intégré cela, tout change….

    merci mille fois pour cet article ! 

  6. Bonsoir,

    Merci pour cet article très intéressant. 

    J'ai commencé à épurer ma garde-robe il y a quelques années après avoir lu Dominique Loreau. Puis en m'inspirant du blog Dead Fleurette. En listant mes vêtements, je suis passée de 100 pièces environ à environ 60. 

    Sans effort, et très progressivement. J'ai pu identifier mes erreurs d'achats récurrentes (tissus fragiles, lavage à la main, couleurs impossibles etc). 

    Aujourd'hui, je me limite à des basiques de qualité et j'accessoirise avec des foulards, bijoux pour ajouter de la fantaisie! 

    Du coup je peux aussi faire ma valise en 5 min, pour quelques kg à peine. 

    L'envie de faire du shopping a diminué et même lorsque je vais dans les magasins, je suis devenue tellement exigeante que je repars presque toujours les mains vides. Tenir une wish liste aide beaucoup aussi. 

    Je suis admirative pour les 2 sacs à main ! Chapeau bas ! 

    Bises

    • Bonjour Sara, 

      Je vois que nous avons un peu le même parcours :) Et je suis comme toi, je repars presque toujours les mains vides lorsque j’entre dans une boutique. Du coup, j’ai presque arrêté d’y aller vu que c’est finalement une perte de temps. Le danger potentiel pour moi, c’est plus le web. 

      Pour les sacs, je ne crois pas avoir beaucoup de mérite, je pense que c’est surtout que c’est un accessoire qui ne m’a jamais beaucoup intéressé (contrairement aux vêtements par exemple) !

      Merci pour ton commentaire et belle journée à toi :)

  7. Je suis tout à fait d'accord avec le but que tu développes (et avec ce que dit Dominique Loreau), pour moi l'optimisation de garde-robe est un investissement de temps initial, pour pouvoir ensuite laisser nos vêtements remplir leur rôle en arrière-plan pendant qu'on consacre son énergie aux choses qui sont importantes. J'ai passé 3 ans à simplifier ma vie, dont ma garde-robe, et aujourd'hui le côté matériel de la simplification (dont la rationalisation de la garde-robe) prend une fraction du temps que j'y consacrais auparavant. Et j'avoue que je trouve que beaucoup de blogueurs etc. qui écrivent autour de la simplicité semblent coincés à ce stade matériel de la simplification, aux histoires de garde-robe et interieur parfaits, et je trouve que c'est un peu rater l'objectif de la simplification – mais ce n'est que mon humble avis, à chacun son chemin.

    • Hello Kali !

      Oui, je suis d’accord avec toi et je pense que c’est un peu le « danger » de l’optimisation de la garde-robe, de basculer d’une obssession (le shopping) à une autre (la recherche de la garde-robe parfaite) et de rester à ce stade. Je crois qu’il faut accepter qu’on atteint jamais cet idéal. Après, rien que le fait de se construire une base de garde-robe qui nous convienne prend du temps. Mais je crois que chaque personne vit différemment cette rationnalisation et que cela prend plus ou moins de temps avant d’être (à peu près) satisfait avec ce que l’on a dans son armoire. Et que plus on est intéressé à la base par les vêtements, plus cela peut en prendre. Pour moi, cela a commencé par les habits et s’est propagé au reste. Mais si certains sont interessés par cette problématique au niveau de la garde-robe, ils ne l’étendront pas forcément aux autres domaines de leur vie. Ou alors peut-être, mais pas au même rythme. Tu as raison, je crois aussi qu’il y a des milliers de chemins, avec plus ou moins de raccourcis, qui mènent à la simplification :)

  8. Merci pour cet article très inspirant. Je suis dans cette démarche de simplification depuis un an et je ne me suis jamais sentie aussi bien dans ma peau (et devant mon armoire) !

    J'ai une petite question sur les marinières Saint James. Tu dis que la taille 12 ans te va bien. Est-ce que je peux te demander ta taille et ton poids ? Je suis moi aussi un petit gabarit mais je voudrais savoir si je suis plus sur un 12 ans ou sur un 14 ans. Merci d'avance,

    • Merci beaucoup Natacha (pour les infos sur St James, je t’ai répondu en MP) :) !

  9. Merci pour ce billet très intéressant et inspirant, et ces jolies photos de rayures qui me parlent beaucoup (je les adore, les marinières St James sont l'un des piliers de mon dressing également).

    J'ai découvert ton blog grâce à Charlotte, il faut que j'aille la remercier, il est superbe et tu écris merveilleusement bien.

    Je suis à des années lumières d'avoir une garde-robe épurée, mais je commence à me dire que j'ai de quoi me faire de jolies capsules par saison et que je devrais vraiment le faire, j'aurais le plaisir de retrouver les pièces chéries mises de coté. Ce serait un bon début…

    Je te rejoins complètement sur les matières et les maisons, il faut devenir raisonnablement difficile et exigeant, cela change tout!

    A bientot!

    • Merci beaucoup pour ton commentaire ! Personnellement, je trouve cela difficile aujourd’hui de trouver de jolis vêtements, simples et dont la qualité dure sur le long terme. Je pense que c’est l’un des principaux obstacles pour optimiser sa garde-robe aujourd’hui.

      Et oui, commencer par faire des capsules par saison est un très bon début. En plus, quand on a tous les jours un dressing harmonieux et adapté à la météo sous les yeux, on y prend vite goût !

      A bientôt :)

  10. Merci pour ton billet super complet!! Je vais je pense dévorer ton blog!! 

    J'ai tjs un peu peur du manque. Comment ça se passe l'été avec 4 t shift? Ou si tu décides de partir en vacances en Guadeloupe? 

    • Bonjour Anaelle, 

      Alors pour l’été, je t’avoue que je pars rarement dans des pays très chauds. Mais je vais souvent à Barcelone l’été où le climat est souvent chaud et humide. Si le temps n’est pas trop chaud et que je n’ai pas de tache, je porte mes T-shirts deux jours de suite. Sinon, je les lave. Les T-shirt que j’achète chez Cos se lavent à 30° à la machine (ou à la main s’il n’y a pas de machine) et sèchent rapidement. 

      Heureuse que le blog te plaise, bienvenue :)

  11. T shirt bien sur… Pas t shift

     

  12. Merci de partager ton expérience et tes réflexions autour de ta garde-robe! Ton article m'a beaucoup intéressé car je me suis justement lancée le défi de me constituer une garde-robe éthique, écologique et minimaliste. Je pense qu'à partir du moment où l'on a que des pièces qui nous plaisent et nous vont vraiment, on peut se contenter de peu de vêtements, chaussures et accessoires… J'en ai beaucoup parlé sur mon blog ces dernières semaines si cela peut t'intéresser :-)

    • Merci beaucoup Natasha pour ton commentaire ! Je travaille aussi sur le côté éthique de mes futurs acquisitions mais c’est loin d’être une tâche facile. Et je suis totalement d’accord avec toi, une fois qu’on a trouvé ce qui nous correspond en matière de goûts et de coupes, on peut facilement se contenter de peu 😉

  13. Pingback: Le dilemme, beaucoup trop/trop peut. | blocloue

  14. Pingback: Minimalism | Time to Breathe

  15. Bonjour,

    Je sais que ce post date un peu mais après avoir tapé quelques mots clés je suis tombée sur ton article que je trouve vraiment très intéressant ! En effet, je suis créatrice de mode et je me suis lancé le défi d'aider les femmes à se construire une garde-robe réduite à l’essentiel en un minimum de tenues harmonieuses à combiner en fonction de vos envies et ceux grâce au caractère modulable des vêtements. On perd trop de temps à réfléchir à quels vêtements porter le matin et j'ai décidé de changer en créant la marque Entre deux qui sera disponible sur le e-shop le 11 Juillet 2016. Elle proposera aux femmes (non pas des pièces éphémères qui finissent au fond du placard une fois sur deux) mais une vraie garde-robe qui tend vers le minimalisme avec quelques pièces plus fortes et je suis ravie de trouver des articles comme le tien qui confirme ce besoin! Merci à toi ! 

    Je t'invite bien sur à suivre l'actualité de la marque sur la page: https://www.facebook.com/entredeuxparisdix/

Laisser un commentaire: