Epurer son intérieur

06.09.2013
|

En ce début de mois de septembre, les soirées rallongent de quelques minutes chaque jour nous rapprochent de la mi-saison. Et même si l'on peut profiter d'un beau soleil, j'ai comme l'envie de faire de mon modeste chez-moi une bulle de cocooning, un endroit confortable et chaleureux. Mes soirées idéales : la fenêtre ouverte, les derniers rayons de soleil qui caressent la peau, une bougie aux senteurs d'été dont la flamme tremblante diffuse un parfum léger et une température fraîche à l'intérieur pour pouvoir s'emmitoufler dans une couverture douce. 

Ces tendres envies de cocooning m'ont donné envie d'embellir mon intérieur. Pour cela, aucun besoin de dépenser des fortunes. Le plus efficace et le plus probant, c'est encore d'épurer. C'est incroyable de voir que désencombrer un appartement peut le rendre mille fois plus attrayant et agréable à vivre. Et pourtant, c'est ce que je constate à chaque fois que je décide de le faire !

Selon moi, s'entourer au quotidien de peu de choses, c'est réellement un des pilliers d'une vie plus simple. Peu de choses, peu de meubles, c'est moins de rangement à faire, moins d'objets inutiles à dépoussièrer, moins de temps perdu à tenter de retrouver ce dont on a besoin. C'est en même temps plus d'espace, plus de liberté et plus de plaisir à vivre chez soi.

Je suis très loin d'être une experte en la matière. Mais au cours de mon expérience du désencombrement, j'ai trouvé plusieurs techniques qui peuvent se révèler probantes :

Etre convaincue que cela peut nous faire du bien. Si l'on commence à jetter ou trier dans la douleur, la frustration ou le déchirement, cela ne sert à rien. Il faut d'abord prendre du recul vis-à-vis des objets pour commencer le tri. L'épurement doit être avant tout une étape de libération, jouissive, qui nous rend plus léger et plus libre.

Etre radical-e. C'est un point essentiel. On ne devrait pas faire de demie mesure. A vouloir effectuer un tri en plusieurs fois, on le fait rarement jusqu'au bout. Au final, on est insatisfait : de soi et de l'endroit dans lequel on vit. L'idée, c'est de ne pas faire les choses à moitié. Si l'on a une étagère qui déborde, on en sort toutes les affaires qui s'y trouvent. D'ou le point suivant. 

Prendre le temps de bien faire les choses. Si vous êtes en vacances, c'est l'idéal. Un jour ou plus – selon la taille de votre chez-vous et l'état d'encombrement – sont nécessaires pour parvenir à effectuer un tri intégral. 

Des conseils plus techniques 

Faire des listes du contenu de chaque pièce. Cela peut paraître un peu fastidieux mais c'est parfois un révélateur du trop-plein qu'on possède. Après, on prend clairement conscience de ce qu'on a d'essentiel et d'inutile. Il devient ensuite plus facile de se séparer de choses qui ne sont pas réellement nécessaires. 

Un exemple :

Ma chambre,

Un lit

Une couette

Deux oreillers

Une table de nuit

Des piles dans la table de chevet

Des livres déjà lus

Une lampe de chevet

Un réveil

Une bougie blanche parfumé au lait de coco

Un flacon d'huile de coco bio pour nourrir mes mains avant de dormir

Des cartes : de fidélité, de restaurants

Des mouchoirs dans la table de nuit …

Avec cette illustration, très simpliste j'en conviens, on se rend clairement compte de ce qui ne doit pas être là et de ce qui encombre : les cartes, les piles, les livres déjà lus, etc.

La radicalité (dont j'ai parlé au-dessus) s'exprime aussi dans le tri lui-même. Quand on trie, on ne devrait pas penser " Est ce que cet objet est utile ? " ou " Qu'est ce que je dois jeter ? " mais plutôt " De quoi ai-je réellement besoin " et " Qu'est ce qui est essentiel ? ". Ainsi, on inverse la question et il devient beaucoup plus facile de se délivrer du poids – physique et psychique – de certains objets qui nous entourent.

L'idée c'est de pouvoir regarder chaque recoin, chaque placard et pouvoir se dire " J'ai juste ce qu'il me faut ". Laisser un placard ou un endroit non trié sous prétexte que c'est trop encombré et qu'on le fera plus tard, cela va laisser un goût amer de non-achevé et entachera la satisfaction et le sentiment de liberté qu'un tri complet peut engendrer. 

Pour moi, par exemple, un petit salon ne devrait pas comporter plus qu'un canapé ou un fauteil confortable, une table basse simple avec de belles finitions, un tapis moelleux, une couverture en matière noble pour les soirées d'hiver un peu fraîches, une bougie au parfum agréable et apaisant et un bon livre. Le reste est en plus. A chacun de voir ensuite si ce plus est vraiment essentiel à son bien-être quotidien. 

Certaines choses qu'on garde chez soi à tort 

Des magazines que j'appelle "jetables ", c'est-à-dire une presse sans valeur esthétique. Si certains articles vous ont particulièrement plu, scannez les et rangez-les dans un dossier spécial sur votre ordinateur. 

Des carte de restaurants, de visites, etc. Des petites choses qui prennent beaucoup de place au final et dont on peut garder les informations ailleurs, sur son ordinateur par exemple, un formidable outil pour dématérialiser !

Des bibelots et souvenirs de vacances, de soi et des autres. Peu de gens nous connaissent assez bien pour nous ramener des objets de leurs vacances qui pourront être adaptés à nos goûts. A l'exception d'un bijou précieux ou d'un autre objet de qualité, utile et qui nous correspond, les souvenirs de vacances encombrent plus qu'ils ne ravissent. Il vaut mieux conserver de belles images en tête, cuisiner un plat typique de notre voyage ou aller au restaurant – et inviter les autres à faire de même – que de crouler sous les bibelots poussiéreux.  

Pour le repos du regard, pour l'esthétisme et pour les heures gagnées à ne plus faire les poussières, le dessus d'un meuble devrait être exempt d'objets divers et variés. On ne se l'imagine peut-être pas mais une fois qu'on a essayé, il me parait difficile de revenir en arrière.

La plupart de ses livres. Dans son ouvrage L'art de la simplicité, dans lequel elle parle longuement du désencombrement matériel, Dominique Loreau conseille de se débarasser de tous ses livres. Personnellement, je ne suis pas prête à tous les sacrifier pour la bonne raison que j'en relis certains très régulièrement. Ma bibliothèque est donc constituée d'une trentaine d'ouvrages fixes. Pour ceux dont je ne ressens pas le besoin de garder, je les revends ou je les donne. 

En ce qui concerne le désencombrement du dressing, les mêmes principes peuvent s'appliquer. Cependant, le processus, plus compliqué, est en général davantage à envisager sur le long terme.

L'épuration de son intérieur est vraiment un processus libérateur : après s'être débarrassé de choses inutiles, on se rend compte à quel point elles pouvaient affecter le plaisir de vivre chez soi. Mais épuration ne signifie pas dénuement. Dans le prochain post, j'essayerai de montrer comment on peut rendre cosy et chaleureux un intérieur épuré. 

La sensation de satisfaction d'être entouré-e par quelques essentiels est très agréable. C'est aussi un moment pour faire le point. Une sorte de bilan avec soi-même pour décider de ce qui va nous accompagner dans les mois et les années qui viennent. C'est l'occasion de se recentrer sur soi, ses goûts, ses aspirations, ses objectifs. Un tri n'est jamais aussi superficiel que cela peut en avoir l'air. Dans une certaine mesure, apporter la simplicité chez soi, c'est aussi la faire entrer en soi. 

Source Photo(s) : Tumblr

7 Commentaires:

  1. Article très intéressant pour moi qui vit dans une maison très encombrée… à méditer sérieusement…

  2. Je suis tellement d'accord avec ce post ! Désencombrer permet de se sentir en paix avec soi-même.

  3. salut

    je viens de découvrir ton blog…il est juste génial….

    en plus , j'ai trouvé une réponse à une question que je pouvais me poser depuis hier …

    à vrai dire , en voulant épurer mon appartement , j'ai enlevé une étagère avec des cd …et j'ai soudainement trouvé mon intérieur un peu vide ….et puis , j'avoue qu'elle me manque finalement un peu cette étagère …en lisant ton article , j'ai donc décidé , dès demain , de remettre l'étagère et les cd…et je vais donner , vendre ou ranger dans un carton ceux qui ne me plaisent plus…..

    merci pour ton aide ….ainsi je vais pouvoir continuer tranquillement le projet que je viens d'entreprendre

    Sophie

    • Hello Sophie :) Tu as raison, l’idée de la simplification ç’est de trouver un apaisement avec les objets qui nous entourent, c’est l’essentiel. En tout cas bienvenue ici et bonne continuation dans ta démarche !

  4. Je lis ce très joli texte avec intérêt. J'ai consulté plusieurs sites et ouvrages sur la simplification, convaincue que c'est une bonne idée, avant de m'apercevoir que finalement j'aime etre entourée des objets que j'ai acheté parce qu'ils m'ont plu, que sur mes murs j'ai une collection de portraits de femmes parce que je trouve ça beau, et que j'ai plein de vetements parce que ça me rassure. Bon , je vous admire les filles, mais le minimalisme ce n'est pas mon truc, je l'ai compris!

  5. Je suis tombée sur votre blog par hasard et j'adore. Nous avons déménagés d'une maison à un appartement et je pensais avoir fait un grand tri, mais après j'ai encore fait un tri. Et je suis tombée sur vous, depuis ce jour j'épure mon appart, mes tiroirs, mes vêtements. J'ai eu un déclic et je me sens bien mieux. C'est fou ce que l'on peut garder, accumuler, pour des raisons surtout émotionnels en ce qui me concerne. Merci pour vos conseils, meilleures pensées. 

    Muriel

Laisser un commentaire: