Comment j’ai simplifié ma routine beauté

13.04.2015
|

Il y a quelques semaines, une lectrice m'a demandé quelle avait été ma démarche concrète de simplification, notamment par rapport aux produits de beauté. En relisant ma réponse, un long mail, j'ai pensé que cela pouvait être intéressant de la transposer ici. 

Ma démarche de simplification s'est faite assez progressivement. Il y a trois ans, je suis partie habiter un an en Allemagne. Là-bas, j'ai trouvé le regard des autres beaucoup moins pesant qu'en France.

Je me suis sentie très libre dans ma façon de m'habiller et de prendre soin de moi : j'y ai consacré beaucoup moins de temps par rapport à avant, en France.

J'avais également lu "L'art de la simplicité", le livre de Dominique Loreau, avant de partir en Allemagne ; mais je pense qu'il a fallu une année, voire plus, avant de vraiment saisir son message et de commencer à mettre en application une certaine simplification.

L'Allemagne est un pays où l'écologie est un thème beaucoup plus prégnant qu'en France. C'est aussi là-bas que j'ai commencé à m'intéresser à la cosmétique biologique.

En revenant en France, je me suis remise à acheter des produits de beauté mais avec beaucoup plus de recul qu'avant. À ce moment-là, j'ai vraiment commencé à simplifier ma routine.

Ce qui m'a beaucoup aidé d'abord, c'est d'arrêter de m'abreuver d'informations beauté : exit les magazines féminin et les blogs (qui donnent beaucoup envie d'acheter). Je me suis forcée à arrêter de regarder tout ça au quotidien. Je ne dis pas que je ne lis pas un article beauté ou maquillage de temps en temps, mais c'est vraiment limité.

Ce qui m'a aidé également, c'est que je suis assez paresseuse de nature ! Du coup, j'ai décidé de revenir à l'essentiel en matière de beauté. C'est-à-dire hydratation + démaquillage.

Sincèrement, j'en ai testé des lotions, des gommages, des masques et tutti quanti. Ma peau n'a jamais été aussi bien qu'aujourd'hui, avec une routine hyper minimale.

Mes deux essentiels : une huile démaquillante (la DHC ou de l'huile de coco) et une bonne crème (en ce moment, la Vanilla Pod d'Antipodes, un vrai bonheur d'utilisation et d'efficacité).

Le reste, c'est du bonus. Toutes les tendances beauté comme le layering, qui pousse beaucoup à la consommation, pour moi, ça n'est que du marketing.

Récemment, j'en ai eu assez du trop-plein de ma salle de bain. Les produits qui étaient là mais qui ne servaient jamais, les "au cas où", les cadeaux inutilisés, etc. J'ai tout pris, trié, donné, jeté.

Il faut être d'une honnêteté radicale avec soi-même. Ce magnifique rouge à lèvres que je n'ai mis qu'une fois ? Je le donne. L'idée, c'était de vider tous les placards et ne remettre dans la salle de bain que ce dont je me servais quotidiennement.

On peut aussi réfléchir sur les raisons pour lesquelles on achète des produits en nombre. "Pourquoi est-ce que je passe autant de temps dans ma salle de bain ?", "pourquoi est-ce que j'y consacre un budget aussi conséquent ?". 

Le manque de confiance en soi, l'ennui, une volonté de prouver quelque chose aux autres ou de séduire, l'idée qu'on est pas assez bien sans soins et sans maquillage, l'idée qu'il "faut" le faire, que c'est une obligation sociale ? Pour moi, c'était sans doute un peu de tout cela. 

Passer de la simplification au minimalisme est un processus qui peut prendre du temps. Il faut trouver les bons produits qui correspondent à notre peau et à notre mode de vie.

Faire des recherches en amont (par exemple grâce à ce site de test) permet de dénicher – en général – des valeurs sûres et efficaces en matière de beauté. Il faut bien choisir son produit, le tester avant si possible, en faire l'achat consciemment pour l'utiliser jusqu'au bout.

Enfin, et c'est peut-être le plus important, c'est qu'il me paraît nécessaire de "faire le deuil" de la nouveauté. Le marketing joue beaucoup sur cette idée de découvertes scientifiques et d'amélioration constante des produits. Cette idée aussi "qu'on le vaut bien" dixit le célèbre slogan d'une grande marque de cosmétiques. 

C'est dur car, je le sais très bien moi-même, la beauté est un peu un jeu ; l'aspect ludique du maquillage et cocooning des soins joue beaucoup, on a envie de se faire plaisir en s'achetant de nouvelles choses. 

Mais surtout, la clef à mon avis, c'est qu'il faut réussir à transférer ce plaisir dans d'autres choses, non matérielles. Au choix : regarder un bon film, partir en voyage, cuisiner un excellent repas, apprendre une langue étrangère, … 

Même minimale, ma routine beauté (si on peut appeler l'utilisation de deux produits une "routine") reste un moment plaisir. Comme j'utilise très peu de produits, je les choisis avec soin en privilégiant la qualité : je suis intransigeante sur l'odeur, la texture et la volupté du soin dans sa globalité. 

Pour moi, le minimalisme n'est pas l'ascétisme. Peu de produits ne signifie pas peu de plaisir, tout comme l'inverse n'est pas vrai. Trouver une routine minimale, c'est aussi remettre la beauté (et son importance) à l'arrière-plan de sa vie. En faire un moment quotidien de plaisir certes, mais plus une obsession. 

Et vous, avez-vous envie de simplifier vos placards ? Avez-vous déjà commencé ce processus ? 

Source Photo(s) : Lemon Coco

13 Commentaires:

  1. J'ai commencé à simplifier depuis plus d'un an et j'ai tellement de stock que je n'ai pas acheté de produits soins depuis ce temps. Mes tiroirs se vident à mon plus grand plaisir. Et je m'arperçois que moins j'en fais pour ma peau plus elle est jolie. Ton article m'a motivié à continuer. Merci

  2. Bonsoir,

    j'ai aussi commencé à simplifier ma vie en commençant par la dimension matérielle : moins d'objets, moins d'achats, des choix simplifiés. Je n'achète que des basiques qui me plaisent. Puis peu à peu j'ai commencé à sélectionner mes activités, mes lectures, et mes relations. Non aux relations toxiques et chronophages! J'aimerais poursuivre avec de la méditation. Peut être dans quelques années…

    merci encore pour tes articles, c'est toujours passionnant de partager ses réflexions, ses erreurs, ses questionnements et progrès…

  3. Pour ma part j'ai aussi arrêté de trop mettre de choses. En avoir trop m'angoissait aussi beaucoup. le layering d'odeurs aussi c'est une chose désagréable. odeur de crème, odeur de déo, odeur d'après-shampoing.

    Avec l'experience au fil des années, on finit par avoir des produits chouchous, une huile (moi je ne mets que des huile Marny's sur mon visage…) un savon, un type de mascara et de rouge à lèvre. C'est simple et tellement reposant!

  4. Bonjour ! 

    Je vous lit depuis quelque temps déjà et je voulais vous remercier pour ces mots. Je me retrouve beaucoup dans ce que vous écrivez et ce que vous dites m'apaise beaucoup. Ce n'est pas facile de changer ses habitudes surtout quand les gens autour ne comprennent pas toujours vos envie de minimalisme, même les gens que vous aimez beaucoup. 

    Alors juste merci :) 

    A bientôt j'espère

    • Merci beaucoup Juliette :)) Oui ce n’est pas toujours facile, mais on peut y arriver à force de compromis et de dialogue. Bonne route sur le chemin du minimalisme !

  5. bonjour !

    je viens de dévorer lire l'entierté de ton blog. Je suis depuis quelques mois dans une démarche minimaliste, dont je ressens déjà les bienfaits, mais j'avais du mal à me reconnaître dans les blogs où il s'agit de compter ses objets et d'en avoir un certain nombre, ou de tout faire tenir dans un sac à dos. Par contre je suis en train de "biotiser" tous mes produits, de simplifier mes routines, et de faire la chasse à l'industriel dans ma cuisine. Bref, je me reconnais vraiment bien dans le minimalisme décrit sur ce blog et c'est agréable de lire des mots qui décrivent aussi bien ce que je ressens ! Bon, par contre je jalouse tes billets qui parlent de flâner, prendre le temps, se laisser aller… pas évident avec un boulot, un mari, un enfant… Petite déception sur le magazine Slo : à peine découvert sur ton blog, en faiant des recherches je découvre qu'il n'existe plus ! (par contre je vais bien vite essayer ton nettoyant multi usage). Merci pour ce très chouette blog !

    Adrienne.

    • Merci beaucoup Adrienne ! Oui, ça n’est pas facile de ralentir le rythme mais c’est parfois plus un état d’esprit qu’une situation ; faire attention aux détails, aux jolies choses qui nous entourent et vivre dans l’instant plutôt que ressasser le passé ou ne vivre qu’au futur :) J’ai appris cela récemment pour le magazine Slo, quel dommage en effet. 

      Merci beaucoup pour ton passage ici :)

  6. J'adore ton article, je suis tout à fait d'accord avec toi, et agit de la même façon, hâte de lire tes autres articles et piocher quelques conseils sur la simplification, tellement plus facile à vivre 😉

    Au plisir de te lire.

  7. J'aime tellement ton article et je suis tellement d'accord avec tout ce que tu écris…Comme je le dis souvent qu'est ce qu'on peut faire comme soin en tout genre avec une simple huile d'olive ??!!!

    Bref bravo j'adore ton blog que je viens de découvrir et je pense que je vais venit y faire un tour très souvent 😉

    Bises

Laisser un commentaire: