5 conseils pour commencer le zéro déchet

04.01.2015
|

Quand on décide de réduire ses déchets, on peut être un peu perdu et ne pas savoir par quoi commencer. Je l'ai expliqué ici, cela fait déjà quelques mois que j'essaye de m'orienter vers un mode de vie zéro déchet. Au fil de mes expérimentations, des essais, des échecs et des réussites, j'ai pris en notes quelques principes qu'il vaut mieux mettre en pratique en initiant cette démarche. Voilà mes conseils pour commencer un mode de vie zéro déchet.

Désencombrer

Pour moi, c'est un pré-requis nécessaire au zéro déchet. Cela peut paraître un peu surprenant, se débarrasser (en donnant ou bien en jettant) des choses pour moins jeter par la suite, mais en réalité c'est tout à fait cohérent. C'est l'idée qu'il ne faut garder que l'essentiel pour ne plus racheter des produits par automatisme. C'est également comprendre ce qui nous est vraiment essentiel pour ensuite voir si l'on peut remplacer ces objets/aliments/pratiques par des solutions zéro déchet.

C'est pourquoi aussi selon moi, minimalisme et zéro déchet sont intimement liés.

Eviter les supermarchés (préférer les marchés et le vrac)
 
Je crois qu'on a vraiment du mal à se rendre compte à quel point tous les articles de supermarché sont suremballés. Plastique, carton, aluminium,… . Le pire, c'est qu'on paie ces emballages dans le prix final du produit : cela représente environ 15% du prix total.
 
Aujourd'hui, j'essaye d'éviter au maximum les supermarchés pour cette raison, sauf pour les produits pour lesquels je n'ai pas encore trouvé de solution de remplacement. 
Les supermarchés bio n'échappent pas à la règle sauf pour un rayon : le vrac. Le vrac, c'est LE moyen de plus simple d'acheter (pour l'alimentation en tout cas) zéro déchet.
 
Habitant à Paris, je vais au marché des Batignolles tous les samedis matins. Pour certains produits secs (pâtes, lentilles, riz, …), je me rends au supermarché bio pour compléter dans le rayon vrac. Puis, si vraiment j'ai besoin d'autres produits que je n'ai pas trouvés (par exemple, mon amoureux a beaucoup de mal à se passer de son Coca-Cola le week-end), je vais au supermarché dit "classique". 
 

Investir pour s'équiper
 
L'esthétique est pour moi quelque chose d'important. Je possède peu de choses mais je veux que ces choses soient pratiques d'utilisation mais aussi agréables à regarder et à toucher.
 
J'ai constaté que pour faire des courses zéro déchet, il faut être équipé un minimum. C'est un peu l'ironie de la chose, pour créer moins de déchet par la suite, il faut investir. 
Pour ma part, j'ai fait plusieurs investissements :
 
– un Caddie solide pour transporter les courses (trouvé ici). Oui, comme les mamies ! Les premières fois au marché, je me suis retrouvée avec beaucoup (trop) de sacs à porter. Le caddie, quand on fait des courses pour une semaine pour au moins deux personnes, ça devient presque nécessaire si on ne veut pas crouler sous le poids des courses.
– des sacs en tissu pour le vrac et les viennoiseries (trouvés ici). N'ayant pas de vieux draps ni de machine à coudre, ces petits sacs en coton font parfaitement l'affaire. Solides, tous de la même jolie couleur sable clair et pratiques. 
– des filets de légumes (trouvés ici) : en coton, esthétiques et pratiques.
– Un sac à pain en lin (trouvé ici).
 
En plus de ceci, j'ai également fait l'acquisition de bocaux hermétiques Le Parfait, une douzaine au total, pour stocker l'alimentation en vrac ; et pour finir des tupperwares en verre pour conserver les restes au réfrigérateur.

 

Faire soi-même

Personnellement, j'applique cela surtout pour les produits ménagers. En effet, il y a tellement de recettes maison, faciles à faire, économiques et qui permettent de remplacer des produits extrêmement polluant, ce serait dommage de ne pas essayer.
Pour des produits faits maison, il y a quelques produits de base à avoir : le vinaigre blanc (ou vinaigre cristal) et le bicarbonate de soude. Ajouter à cela du savon de marseille en cube ou en paillettes, de l'acide citrique, du percarbonate, des cristaux de soude et des huiles essentielles (tout ça se trouve chez Aroma-Zone, dans les magasins bio et les drogueries) et vous avez tous les ingrédients pour des dizaines de produits ménagers maison. 
C'est comme la recette de poudre lave-vaisselle que j'avais partagée avec vous ici, très facile à faire et très économique.

Etre patient

D'abord, le zéro déchet, ça n'est pas vider tous ses placards et tout jeter. Les conserves, les plats tous prêts, ils restent un certain temps dans les placards avant d'être utilisés. 
Remplacer chaque aliment, chaque geste du quotidien par une solution zéro déchet, c'est un processus long. Enfin, rien que s'équiper et trouver ce qui nous convient, ça prend du temps ! 
Le zéro déchet, c'est comme le désemcombrement, ça se fait par étapes et sur le long terme ; il faut s'armer de patience. 

 

Et vous, êtes-vous intéressés par ce mode de vie ? Vous avez des conseils basés sur votre propre expérience ?

 

Bonne année à tous !

23 Commentaires:

  1. Ce mode de vie m'intéresse de plus en plus. En 2014, j'ai désencombré et lu quelques livres sur la simplicité volontaire, le minimalisme…en 2015 je compte bien continuer mon désencombrement et approfondir le zéro déchet. J'ai commencé à m'attaquer aux produits ménagers, terminé le sopalin, j'ai acheté des chiffons micro fibre et je termine mes produits chimiques. Bonne année 2015.

    • Bonne année 2015 à toi aussi ! J’ai trouvé et testé un certain nombre de recettes de produits ménagers que je partagerai bientôt ici. Merci d’avoir partagé ton expérience :)

  2. Après avoir lu le livre de Béa Johnson et les livres de Dominique Loreau, je me suis intéressée de très près à ce mode de vie et j'ai commencé à mettre en pratique les conseils. J'ai désencombré ma cuisine, le salon et ma garde-robe sans aucune difficulté. Cependant, il y a 3 domaines dans lequel j'arrive difficilement à appliquer ce style de vie : les produits de beauté (si mes soins quotidiens sont globalement très simples, je ne peux pas m'empêcher d'avoir quelques stocks selon les catégories de produits pour varier les textures etc.), les thés (j'ai tendance à faire pas mal de stock lorsque je vais à l'étranger pour acheter les thés qui ne sont pas vendus en France) ou encore les livres… 

    • C’est vrai qu’il y a des domaines où il peut être plus difficile de désencombrer ! Personnellement, en tant qu’ex beauty addict, je te comprends parfaitement. J’essaye de me centrer sur les besoins de ma peau et de résister aux sirènes du marketing et surtout, de réduire les « couches » de produits que j’applique, notamment sur le visage. Basiquement, pour moi, trois produits sont essentiels : une huile démaquillante, une crème, un solaire. De temps en temps, un peu de miel (meilleure masque qui soit, et pourtant j’en ai testés !) et de sucre pour les jours de peau brouillée. Pour le corps, un produit lavant, une crème, un solaire. Pour les cheveux, un shampoing et un après-shampoing et un coup de ciseaux régulièrement. Le reste n’est que marketing finalement, non ? Pour le thé, c’est plus difficile à l’étranger mais il y a peut-être des possibilités pour en trouver en vrac ? Il y a en a aux Galeries Lafayette Gourmet à Paris en tout cas. Et pour les livres, pour ma part, je possède une trentaine d’ouvrages (l’équivalent d’un rayon de bibliothèque) : je ne garde que ceux que je relirai avec certitude. Pour les autres, je les revends ou je les donne. En espérant que cela puisse te donner des pistes :) 

  3. Ce que je fais également c'est que je n'achète plus ce qui est emballé. Yaourts, laits végétaux etc… adios. 

    Au début j'ai eu du mal mais maintenant je vis bien sans. 

    Les laits végétaux sont faits maison, ainsi que les crèmes. Fromages à la découpe en vrac avec mon petit bocal. 

    Je réutilise une boite à oeufs également. 

    Mes mouchoirs sont devenus des tissus en papier, idem pour le sopalin. 

    J'ai toruvé sur Paris une boutique qui vend du gel douche et du shampooing en vrac que je prends avec mon propre contenant. 

    Voilà ma façon de faire :) 

     

    • Wahou bravo pour tout ça ! Pareil pour la boite à oeufs, et pour le yaourt et le lait, je l’achète dans des contenants en verre. Pourrais-tu donner le nom de cette boutique à Paris ? Je pense que ça pourrait intéresser d’autres personnes ! Bonne journée

  4. C'est également L'art de la simplicité de D. Loreau qui a commencé à m'y faire songer à mes 17 ans. Mais c'est réellement à la relecture de ce livre à mes 20 ans puis 23 ans que j'ai réalisé le bien fondé du minimalisme. J'ai fait du tri dans mes produits de beauté après avoir découvert la slow cosmétique et Aromazone (je teste actuellement le "no-poo" pour celles qui connaissent), j'ai découvert les magasins bios et leur rayon vrac ainsi que le fait de manger plus simplement et sainement. Je me suis attaquée à mon dressing et ai donné ou vendu à mes ami(e)s ce que je ne portais jamais. J'ai commencé doucement à faire du tri dans la cuisine mais avec un copain cuisinier qui aime tester de nombreuses choses cela va mettre du temps ^^ Et je n'arrive pas à faire du tri dans mes dvd/cd/livres mais je pense qu'il ne faut pas se forcer non plus. En tous cas, cela fait tellement du bien que je ne pourrai pas revenir en arrière et me réencombrer à nouveau.
    Tara si tu repasses ici peux-tu me donner ton adresse de gel douche/shampooing en vrac? Y a-t-il d'autres choses en vrac? Je rêve d'un magasin sans emballage comme Original Unverpackt à Berlin ou La Recharge à Bordeaux!

    • Il faut croire que ce livre a inspiré de nombreuses personnes ! C’est vrai qu’une fois qu’on a mis un pied dedans, difficile d’en ressortir. Pour les Cd/dvd, pourquoi ne pas essayer de dématérialiser sur ordinateur ? Après, si tu n’est pas prête et que tu n’as pas envie, il ne faut pas culpabiliser. Le désencombrement, c’est quand même une démarche qui doit nous épanouir avant tout :) Et oui, je suis entièrement d’accord avec toi, c’est très dommage qu’il n’y ait pas ce type de boutique à Paris. Pour information, les épiceries en vrac Day by Day vont ouvrir une filiale à Paris prochainement. Peut-être que ça donnera des idées à d’autres ? Merci pour ton passage ici et bonne journée !

  5. Moi je suis très interessée aussi par ce mode de vie. Mais j'ai du mal rien qu'avec la 1e étape(et pourtant j'entend bien qu'elle est nécessaire) : désencombrer. Pour ma part ça me serait aussez facile (je ne m'attache pas beaucoup aux choses, je n'aime pas les meubles, …) mais comment faire adhérer le reste de la famille ? C'est difficile quand l'autre n'a pas la même démarche ou une sensibilité différente (peur du manque, conservation de milliers de souvenirs qui s'entassent). Des conseils pour ne pas être "encombrée" par l'autre (sachant que j'y tiens à cet autre;) ?

    • Oui c’est vrai que c’est un réel obstacle quand on veut simplifier ! Personnellement, j’ai la chance de vivre avec quelqu’un qui est naturellement assez peu attachés aux choses, ce qui facilite les choses. Ce que je pourrais te conseiller, c’est d’abord de simplifier ce qui t’appartient : livres, vêtements, produits de beauté, etc. C’est déjà un gros travail ! Si la personne avec laquelle tu vis est à première vue rebutée par la notion de désencombrement, elle pourrait être agréablement surprise en voyant les effets positifs que ton désencombrement t’a procuré : moins de ménage, gain de temps, d’énergie, de place, etc. Après, pour les parties communes, selon moi tout est affaire de négociations. On ne peut pas forcer quelqu’un à se débarrasser de quelque chose certes, mais la gêne et le mal-être est également du côté de celui qui se voit imposer ces centaines de choses dont il ne veut pas. Je pense que la clef est dans la discussion ; pourquoi ne pas garder qu’une quantité limités de souvenirs (qui tiendraient dans une boîte d’une certaine taille, pas plus) ou encore dématérialiser les photos sur ordinateur par exemple ? De cette façon on garde une trace des souvenirs tout en simplifiant. La limite d’après moi, c’est si l’encombrement de l’un empiète sur le bien-être de l’autre. On peut ne pas avoir la même sensiblité ou bien ne pas être prêt à se débarrasser de choses à un moment donné mais tout est affaire de respect : cela ne doit pas empêcher l’épanouissement de la personne avec qui on est. J’espère que ces pistes pourront t’aider !

  6. Bonjour,

    Ce mode de vie m'interesse de plus en plus et je m'y mets petit à petit. J'ai une petite question à laquelle tu pourras peut etre répondre :
    je suis allée sur le site sansbpa , sais tu si les sacs à fruits tissu VOILE pourrait aussi convenir pour mettre les féculents (riz,pates) en vrac dedans ?

    • Bonjour Pauline, 

      Oui, je pense que ces sacs pourraient tout à fait te permettre de contenir des féculents. Ce ne sont pas des filets mais bien des sacs en coton donc aucun problème pour tranporter du vrac. N’hésite pas si tu as d’autres questions ! Bonne chance dans ta démarche zéro déchet :)

  7. Bonjour,

    Merci pour ton article! j'ai commencé à désencombrer mon appartemment et à chercher des alternatives durables, mais sur quelques éléments je bloque! donc j'ai quelques questions,

    ou as tu trouvé les tupperwares en verre? Qu'est-ce que tu utilises pour remplacer les éponges? Quand tu vas au marché, dans quoi mets tu le fromage (c'est pas très pratique de sortir un fromage d'un bocal)? et le beurre, ou acheter du beurre sans un emballage non recyclable?

    En tout cas je suis très contente de trouver des gens qui partagent mon intérêt pour ce style de vie et ont des solutions à partager!

    bonne journée

    Olive

    • Bonjour Olive, 

      Merci pour ton commentaire :)

      J’ai trouvé des tupperwares en verre à Monoprix, de la marque Luminarc. On peux aussi très certainement les trouver en ligne. Je n’ai pas trouvé de solution pour les éponges, j’ai juste remplacé l’essui-tout par des lavettes microfibres. Personnellement, je ne mange pas de fromage mais oui, le bocal, ou le tupperware en verre me semble les contenants les plus appropriés. Pour le beurre, c’est difficile d’en trouver sans emballage, on m’a dit qu’on pouvait en trouver en baratte au marché des Batignolles à Paris donc je suppose dans d’autres marchés également. 

      Je tatônne encore pour trouver du vinaigre blanc en vrac, du lait en bouteille en verre (autre que frais qui ne se garde pas plus de deux ou trois jours), de la crème fraîche, etc. Globalement pour tous les produits frais c’est plus difficile. 

      Bonne continuation dans le zéro déchet et n’hésite pas venir partager des solutions ici !

      • Pour la crème fraîche, j'ai vu que le fromager en vendait à la louche dans le marché couvert St Martin dans le 10 ème :-)

  8. Merci pour cet article déculpabilisant! Le passage vers une cuisine "zéro déchets" (ou en tout cas avec moins de déchets) est en effet un processus très long! D'autant plus quand il faut convaincre sa moitié (j'ai réussi à le convaincre au vrac – mais au supermarché ou c'est moi qui me coltine les courses au magasin bio qui n'est certes pas tout près – et à la poubelle à recycler mais pas encore au composteur par exemple!). 

    Ma prochaine étape: les produits ménagers. Je suis déjà passé aux versions écologiques mais j'aimerai essayer, au fur et à mesure où ils se terminent, des versions fait-maison qui sont plus naturelles et plus écologiques. Il faut que je fasse des tests!

    • Hello Emilie :) Ahah moi aussi je travaille à le convaincre sur le composteur !

      Pour les produits ménager c’est plus facile qu’on ne le croit, une fois qu’on a les ingrédients principaux, on peut faire un tas de recettes différentes ; j’en ai testées (et approuvées) deux ici (nettoyant multi usages) et  (poudre lave-vaisselle qui marche du tonnerre) si ça peut t’intéresser :)

      Belle journée à toi 

  9. Hey ! Merci pour cet article :) Comptant prochainement investir (au mieux) dans des bocaux en verre, je me demandais si ton choix de la marque Le Parfait avait une raison particulière (pourquoi pas Ikea par exemple ?) ? Et pourquoi utiliser des filets pour les fruits et les légumes et non pas également des sacs en tissus ?

    • Hello Cerise :)

      Alors je possèdais déjà des bocaux Ikéa que j'avais acheté lors d'un emménagement précédent. Je les conseille tout à fait, ils sont très résistants et les joints qui servent à les fermer le sont également. Après lorsque j'ai voulu en racheter, je me suis tournée une autre marque car n'ayant pas de voiture (et la livraison des produits Ikéa étant chère), c'était plus pratique autrement. Les bocaux Le Parfait sont également de très bonne qualité. Par contre je n'aime pas du tout la couleur orange de leurs joints donc j'ai profité d'une visite à Ikéa récente pour acheter des joints blancs. 

      Pour les filets pour les fruits et légumes, c'est juste plus simple quand tu passes en caisse, le vendeur peut plus facilement voir ce qu'il y a dans un filet que dans un sac fermé :)

  10. Bonjour, cela fait un an et demie que  nous travaillons sur la réductions de nos déchets. Nous faisons nos courses dans les commercents autour de chez nous comme  le fromage, le beurre, crème fraiche, la viande et le poisson par exemple. Pour les legumineuses je vais dans des biocoop ou bio c bon (c'est un peu cher) et les fruits et les légumes au marché, pour terminé j'achete quelques produits d'entretiens au Bioshop 75005 ou sinon au day by day Versailles il y a de tout. Merci pour ton article

     

    Elif

    • Merci Elif pour ton commentaire :) Je connaît aussi le Day by Day de Versailles, dommage qu’il n’y en ait pas un à Paris !

  11. Hello, de mon côté j'ai débuté ma réduction des déchets il y a 2 ou 3 mois, pour l'instant je me concentre uniquement sur le frigo et les produits (entretien et cosmétiques) et qui génèrent des déchets non recyclables. J'ai désencombré pas mal, fait quelques investissements, de matériel mais aussi d'ingrédients de base pour mes recettes de produits, que j'ai réduit au minimum et que je fais entièrement moi-même : produit lave-vaisselle (merci pour ta recette, que je vais tester ! la mienne me laisse des traces blanches) lessive, produit d'entretien multi-usage coté entretien et coté cosmétique un déo, un baume à lèvre, une crème solaire, une crème pour le visage, un sérum pour les cheveux. Un savon solide pour la douche, le shampoing j'ai laissé tombé (un no-poo au bicarbonate de soude de moins en moins souvent, et c'est tout). Mais tous ces ingrédients, certes naturels et écolos, qu'il faut commander chez AZ, ils arrivent dans des emballages, donc déchets !! Et dans mon frigo j'ai pas encore résolu tous les problèmes : margarine, mozarella, fromage blanc/yaourts, pâte feuilletée et feuilles de brick…

    Et tout ça, ça ne concerne que mon premier objectif, déjà assez restreint ! Bref, encore du boulot en perspective.

    Merci de partager tes idées et tes efforts, avec tout ça, je n'aurais pas le temps de tenir un blog !

Laisser un commentaire: